Des nouveautés pour le Corégone

L'année 2018 en sera une de renouveau pour le Corégone, le traversier assurant la liaison entre Témiscouata-sur-le-Lac et Saint-Juste-du-Lac. Non seulement le bateau est fraîchement repeint mais les utilisateurs pourront profiter de baisses de tarifs.

Après un printemps 2017 chamboulé par la possibilité de ne pas avoir le financement nécessaire à ses activités, le Corégone, le traversier qui assure la liaison entre Saint-Juste-du-Lac et Témiscouata-sur-le-Lac, a finalement réussi à ficeler les sommes nécessaires pour larguer les amarres le 3 juillet 2017. Cette année, pas de brouhaha: le Corégone aura une saison complète.

Alors que sa coque était bleue pâle et laissait présager que le bateau n'en était pas à ses premières traversées, le traversier sera maintenant bleu foncé avec des touches de rouge et de vert.

Les tarifs sont aussi revus à la baisse. Selon Annette Rousseau, présidente de la Corporation de la traverse du Lac Témiscouata, ces modifications de prix visent à éviter que les citoyens empruntent la route 295 ou la route 232 afin de se rendre de l'autre côté du Lac Témiscouata.

De l'optimisme pour 2019

Considérant que le financement pour l'année 2018 est ficelé et permet à la Corporation de publiciser le traversier, Annette Rousseau est convaincue que le financement pour l'année 2019 sera au rendez-vous.

Elle souligne par ailleurs que le pont de glace a été grandement utilisé par les automobilistes au cours de l'hiver. « On voyait 300, voire 400 véhicules par jour sur le lac. Si nous sommes capables d'avoir une grande partie de ces gens sur le bateau, nous atteindrons facilement notre seuil de rentabilité. De là les baisses de prix, aussi », affirme la présidente de la Corporation.

Du gros travail

Rejoint via les médias sociaux, le maître-d'œuvre pour la nouvelle peinture du Corégone, Réal Deschamps, affirme que le travail est presque complété. « Il reste la capitainerie, le pont, la rambarde. C'est un nouvel envol pour le traversier! »

Il affirme par ailleurs que le travail n'a pas été de tout repos.

« Un contractant avait commencé la préparation pour la peinture du bateau en construisant l'abris côté Nord, mais il nous a laissé tombé après deux semaines de travaux. On a dû se retrousser les manches, se former une équipe de travail avec des gens rémunérés et des bénévoles. On a pris le relais afin de terminer la peinture de la coque avant que le pont de glace ferme et que cela devienne dangereux pour les travailleurs », affirme Réal Deschamps.

Pour consulter l'horaire de la traverse et connaitre les tarifs pour cette année vous pouvez consulter leur site web.